Témoignage Solidarité Autisme by ASPTT Strasbourg

29/05/2019

Plus de trois ans que le dispositif d’inclusion d’enfants autistes par le sport au sein des clubs omnisports ASPTT est en place. D’un projet initié par le Montpellier Métropole ASPTT au label Solidarité Autisme, les évolutions sont nombreuses et aujourd’hui ce sont 14 clubs ASPTT qui accueillent près de 70 enfants autistes en France !

Nous continuons donc à vous faire découvrir ce label au travers des témoignages de parents d’enfants autistes évoluant au sein des clubs ASPTT ainsi que ceux des éducateurs en Activité Physique Adaptée et Santé (APAS) qui les encadrent et les accompagnent dans leur pratique.

Chaque mois, de nouvelles anecdotes qui montrent les bienfaits de la pratique sportive en inclusion et après Clément à l’ASPTT Toulouse direction l’ASPTT Strasbourg pour ce mois de mai !
Le club du Grand Est est, lui aussi, un des premiers clubs à avoir rejoint le label lors de la saison 2016-2017 et compte aujourd’hui deux enfants au sein de ses séances multisports dont le jeune Charly.

Afin de préserver le respect des enfants qui évoluent au sein du label et de leurs familles, les témoignages de ces derniers ont été anonymisés.Nous découvrons aujourd’hui le témoignage de la mère de Charly.

Interview de la mère de Charly évoluant à l’ASPTT Strasbourg

Comment avez-vous connu le dispositif « Autisme » à l’ASPTT ?

C’est en me rendant dans un centre de ressources de l’autisme afin d’obtenir des informations sur ce qui était proposé sur la ville de Strasbourg que j’ai découvert ce que proposait l’ASPTT et notamment ce dispositif d’inclusion des enfants autistes par le sport.
Suite à cela, j’ai contacté monsieur Denis LAURENT, (Directeur administratif et Financier du club) pour avoir plus d’informations sur ce dispositif, l’encadrement et les activités proposées, mais également pour lui faire part de la condition de Charly. Monsieur Laurent à très vite compris mes attentes et m’a proposé de venir avec Charly un mercredi pour faire un essai lors d’une séance multisports avec d’autres enfants « ordinaires » en ma présence. Dès lors Charly a pleinement intégré le dispositif.

Avant d’intégrer le dispositif, votre enfant pratiquait-il déjà une activité sportive ?

Oui, Charly allait régulièrement à la piscine et faisait de la course à pied lorsqu’il était à l’Institut Médico-Éducatif (IME) Rosier Blanc à Saverne. Mais suite à  son départ de la structure, il avait cessé toute activité. Principalement car il était très compliqué d’être admis dans au sein d’un club sportif à cause de son handicap. J’avais même proposé aux clubs consultés d’être présente lors des activités, mais aucun club n’a accepté de l’inscrire.

Est-ce que ce dispositif convient à votre enfant ?

Oui tout à fait ! Principalement parce qu’à l’ASPTT on ne regarde pas son handicap et on l’accepte comme il est ! L’environnement familial et l’accueil toujours chaleureux des éducateurs ont su nous mettre, Charly et moi, à l’aise très rapidement.

Je suis très contente d’avoir découvert l’ASPTT Strasbourg et le label SOLIDARITÉ Autisme, c’est un réel atout et avantage d’avoir une telle structure d’accueil si porche de chez nous. Et nous souhaitons continuer avec le club l’année prochaine.

Quel impact ce dispositif a sur votre enfant ?

C’est la première fois qu’il est en dehors du cadre familial et médical et c’est sa première expérience dans une structure sportive, nous appréhendions donc quelque peu. Mais Charly s’est très vite adapté, grâce à l’accompagnement personnalisé de son éducateur. Il est d’ailleurs demandeur, une séance ne semble plus suffisante (rires) et il souhaite vraiment continuer l’année prochaine.

Les séances lui permettent de rencontrer de nouvelles personnes et de s’ouvrir aux autres. Et cela montre également que les personnes en situation de handicap possèdent leurs propres atouts et qu’ils peuvent s’ouvrir vers le monde extérieur.

C’est grâce à des dispositifs comme celui proposé par la Fédération que le regard sur le handicap pourra changer.

Recommanderiez-vous le dispositif aux parents ayant un enfant autiste ?

Oui complètement, comme je le disais c’est un très bon moyen pour les enfants de s’ouvrir sur le monde mais aussi pour lever les aprioris sur ce handicap encore méconnu. Il faut donc que les parents se renseignent et jouent le jeu pour faire évoluer les mentalités. Plus de 14 clubs ASPTT proposent ce dispositif et le nombre ne cesse d’évoluer chaque année, c’est une très bonne chose.

le LABEL SOLIDARITÉ AUTISME BY ASPTT

La Fédération Sportive des ASPTT, en partenariat avec la Fondation Orange et à partir du projet pilote mené par le Montpellier Métropole ASPTT, a lancé en 2016 un programme éducatif et sportif pour les enfants atteints de troubles autistiques âgés de 12 mois à 18 ans.

Nous avons officialisé la généralisation de ce dispositif en 2016, au Comité National Olympique et Sportif Français, par la signature d’une convention. Il est, depuis la saison 2017-2018, un label à part entière de notre offre sportive ASPTTSolidarité Autisme by ASPTT.

Sur le terrain, ce label se traduit par l’inclusion d’enfants ou adolescents dans une séance multisports au sein d’autres enfants « ordinaires ». Durant toute sa séance, le jeune sportif bénéficie de l’encadrement personnalisé d’un éducateur APAS (Activité Physique Adaptée Santé) qui l’accompagne dans sa découverte et son épanouissement lors de la pratique sportive.

C’est ainsi que chaque année depuis 2016, quatre clubs ASPTT impliqués et choisis selon des critères qualitatifs, intègrent ce label solidaire. L’objectif est d’inclure 100 enfants autistes par le sport dans les clubs ASPTT d’ici à 2020.

Faites un don

Pour apporter votre aide au mouvement ASPTT afin de développer ce label et ainsi offrir la possibilité à bien plus de jeunes autistes de pratiquer une activité sportive, faites un don !

Donner

Vos dons permettront ainsi aux clubs de :

  • Se fournir en matériel sportif adapté et en supports visuels,
  • Se doter d’outils technologiques pour accompagner l’enfant autiste lors de son activité : des tablettes numériques,
  • Rémunérer les éducateurs APAS (Activités Physiques Adaptées Santé) qui suivent individuellement les enfants.

Cette démarche, unique en France, porte déjà ses fruits pour les enfants autistes, mais également pour les autres qui apprennent à appréhender cette différence.

D’avance merci et on se retrouve le mois prochain pour de nouveaux témoignages.

Commentaires

S’abonner à la newsletter

Loading