Comment financer un club sportif ?

02/06/2020

Une association sportive souhaitant se développer doit chercher à augmenter ses ressources financières. Afin d’y parvenir, un club sportif a aujourd’hui à sa disposition différents moyens pour se financer. L’ASPTT fait le point sur ces possibilités qui peuvent contribuer au projet de développement d’un club sportif.

LA NÉCESSITE DE FINANCEMENT POUR UN CLUB SPORTIF

Le financement d’une association sportive doit répondre aux besoins précis éprouvés par cette dernière. Si les besoins en question peuvent être multiples et ainsi varier d’un club à un autre, ils sont généralement regroupés au sein de deux catégories distinctes :

  • Les besoins courants, c’est à dire les frais de fonctionnement supportés par le club (le coût du matériel utilisé, les loyers, les frais de communication, les éventuelles charges locatives, etc.).
  • Les besoins liés à un ou des projets de plus grande ampleur (pouvant concerner un événement unique, des ambitions de développement sur le long terme, des objectifs de performance, etc.).

Un financement pérenne des besoins courants est donc indispensable avant qu’un club n’envisage la mise en place d’un projet plus coûteux. Voyons désormais comment financer une association sportive de manière concrète.

 

LES FINANCEMENTS PRIVES PAR LA VOIE INTERNE

Il est possible de financer un club sportif grâce à des moyens considérés comme internes.

Les cotisations des adhérents

Il s’agit en général des cotisations versées par les licenciés (de manière annuelle, trimestrielle, mensuelle, etc.) et des recettes d’activités lucratives.

Le club sportif devra préciser dans ses statuts l’obligation du versement d’une cotisation par tout adhérent, son montant et sa récurrence. Les cotisations doivent par ailleurs alimenter un réel besoin de financement au quotidien et ne peuvent servir en vue de constituer une réserve de trésorerie.

Les modes de paiement sont fixés à la convenance de l’association sportive. Mais dans la pratique, il est recommandé de les varier au maximum : paiement par chèque, en espèces, virement bancaire, prélèvement, etc.

Les ressources financières issues des activités lucratives

Elles proviennent notamment d’actions visant à une forme d’autofinancement. Ces actions ont certes un coût, toutefois l’objectif est de réinjecter les bénéfices dans le fonctionnement de l’association. Il peut s’agir par exemple de :

  • L’organisation d’une manifestation sportive.
  • La mise en place d’événements (tombola, loterie, vide-greniers, kermesse, etc.).
  • La vente de produits dérivés à l’effigie du club (goodies, casquettes, t-shirts, etc.).
  • L’organisation de soirées à thème, plus ou moins liées au sport.

Il faut noter que le montant des recettes perçues sur une année, à la suite d’activités lucratives accessoires, ne doit pas excéder un plafond annuel actuellement fixé à 72 000 €. S’il respecte cette limite, le club pourra alors bénéficier de la franchise d’imposition des activités lucratives.

La possibilité des dons et du financement participatif

Mettre en place des campagnes de dons sur la voie publique ou par internet est un autre moyen de financement pour un club sportif. Il lui faudra au préalable obtenir l’autorisation des administrations compétentes (le maire de la ville ou la préfecture du département du siège social de l’association) avant de lancer officiellement sa collecte de dons.

Le financement participatif en ligne, via des plateformes officielles habilitant cette exercice, équivaut aussi à la perception de dons de nature financière. En revanche, une campagne de financement participative requiert des contreparties que peut librement fixer une association sportive.

Ces contreparties peuvent être des produits personnalisés aux couleurs du club, un accès VIP pour un événement organisé par le club, des goodies, etc.

L’avantage d’une campagne de crowdfunding est qu’elle permet à un club sportif de bien exposer son projet et ainsi ce qui le motive à solliciter l’aide des internautes. C’est donc une bonne opportunité pour gagner en visibilité (en relayant la campagne via les réseaux sociaux) et fédérer une communauté autour d’un projet précis.

 

LES FINANCEMENTS PRIVES VENUS DE L’EXTÉRIEUR

Le développement d’une association sportive se fait aussi par l’implication d’entreprises ou organisations privées et externes au club. Il existe deux formes distinctes de partenariat, le sponsoring (ou parrainage) et le mécénat.

Le recours au sponsoring pour une association sportive

Un contrat de sponsoring va lier, durant une période donnée ou un projet ponctuel, un club sportif à une entité commerciale. Cette dernière pourra apporter une aide financière à une association sportive et percevoir en retour une ou des contreparties proportionnelles à la somme versée.

Le sponsoring doit entraîner des retombées positives pour les deux parties. L’association sportive aura une bonne opportunité en vue de se développer tandis que le sponsor cherchera à augmenter sa visibilité ou à améliorer son image de marque.

Le sponsoring peut également prendre la forme de soutien matériel ou logistique de la part de l’entreprise. Ce qui évitera à l’association sportive de répartir ses dépenses sur trop de postes différents, lorsqu’elle souhaite par exemple mettre en place un événement.

Le principe du mécénat auprès d’un club sportif

Le mécénat correspond à l’apport d’un soutien financier ou matériel de la part d’entreprises, de fondations voire de particuliers. La grande différence entre le sponsoring et le mécénat réside dans l’absence d’une contrepartie obligatoire de la part du club.

Un partenariat de mécénat est possible pour une association sportive lorsque celle-ci est considérée comme d’intérêt général ou d’utilité publique.

Pour s’assurer qu’elle détient bien cette qualité d’intérêt général, une association sportive peut faire la demande d’un rescrit fiscal auprès de l’administration fiscale.

Dans le cadre du mécénat, la seule démarche administrative qui incombera à l’association sportive sera d’envoyer un reçu fiscal au mécène, afin qu’il puisse bénéficier d’un avantage fiscal.

LES AIDES PUBLIQUES POUR FINANCER UN CLUB SPORTIF

Le financement d’une association sportive est aussi envisageable grâce au soutien d’organismes publics. Ceux-ci peuvent verser des subventions ou apporter une aide de toute nature (matérielle, logistique, etc.). Il s’agit notamment :

  • Des collectivités territoriales ;
  • De l’État ;
  • Des institutions publiques administratives ;
  • Des établissements publics à caractère industriel et commercial.

Cependant, l’obtention d’une subvention va dépendre de l’éligibilité de l’association sportive et de son respect des démarches administratives à réaliser au préalable.

Le club devra, entre autres, être officiellement déclaré en préfecture et immatriculé au répertoire Sirene. L’octroi de certaines subventions n’est parfois possible qu’à condition que l’association sportive détienne l’agrément jeunesse et sport. Un agrément pouvant s’obtenir grâce à l’affiliation avec une fédération comme l’ASPTT.

Afin qu’elle soit éligible, la demande de subvention de l’association doit porter sur un projet d’intérêt général en lien avec une activité sportive ou une volonté de développement interne (formation des bénévoles par exemple).

Un financeur public n’a pas l’obligation de donner suite à une demande de subvention et n’aura pas à justifier sa décision.

Commentaires

S’abonner à la newsletter

Loading